Quand on n'y croyait plus...

Deux évènements, ces jours derniers, qui redonnent formidablement espoir !
Le premier, qui est aussi le dernier chronologiquement mais pas le moindre dans mon coeur et sur lequel j'aurai largement le temps de revenir ces jours et même ces mois prochains :
Ô joie extrème, ô soulagement infini, L'Oeil de l'Esprit a enfin trouvé deux profs selon ses espérances...qui n'étaient pas petites, j'en conviens...nous reparlerons bientôt ici même de ces perles rares
Le deuxième, qui ne touche que moi, mais finalement par retombée vous aussi lecteurs assidus ou épisodiques :
Alors que tentée par la mise en hibernation du blog de Jean-François, fort envieuse, je m'apprêtais à abandonner lâchement Intime-Public à son triste sort et que j'avais à peu près renoncé à y écrire, découragée, disons plutôt démotivée par ce qui me semble être les limites de la liberté d'expression d'un support qui s'avère finalement plus Public qu' Intime et par la qualité et/ou la quantité de retour, là où j'avais, je l'avoue escompté davantage d'échanges photographiques quand un soir je reçois un mail d'un inconnu qui prend la peine de m'écrire ce qui ressemble à une longue lettre pour me dire qu'à me lire, l'envie lui est revenue, comme plus impérieuse, de reprendre une activité artistique, la photographie en l'occurrence.
Je ne saurais dire à quel point la lecture de ce message, qui justifiait toute l'énergie et tous les espoirs que j'avais mis dans ce blog, était émouvante et réconfortante.
Que l'auteur en soit ici remercié.

Qui croirait que c'est si difficile ?

L'Oeil de l'Esprit est toujours à la recherche d'un nouveau prof...et par conséquent moi aussi...
Dur d'imaginer qu'il y a sur la place de Paris plus de de personnes intéressées à apprendre la photographie argentique que de photographes capables et/ou désireux de l'enseigner
Avec le chômage qui règne, c'est bon de savoir que notre profession n'est pas touchée !
Mais, à titre personnel, je me désespère un peu...c'est ma petite quête du Graal de ces jours derniers...soyons optimistes, parions que tout le monde n'est pas passé en numérique et en couleurs et que mes prochains rendez vous vont être plus fructueux...
Pour le reste et avec le peu de temps dont le dispose, Séville toujours.
Mais comme j'ai bon espoir d'avoir fini de tirer cet Orient andalou bientôt, nous venons de prendre des billets pour le Maroc.
Et j'ai déjà commencé à rêver.

Triana


Ombre andalouse - Triana 2009