Le rêve du champ de chemises jaunes

Petite escapade improbable à Aix-en-Othe, avec A. le week-end passé pour voir l'installation éphémère de Florence Monod ''Le rêve du champ de chemises jaunes''.
Magnifique contrejour dans la lumière dorée de cette fin d'été.



Nous décidons de planter la tente au camping du coin avec nos deux copains photographes Marion Roux et Remy Weiter ; nescafé, confitures maison et légers frissons les pieds dans la rosée matinale, une bonne occasion de vivre autre chose ensemble que les protocolaires relations qui nous guettent cette année encore dans notre bonne capitale.

Derniers jours !

Les amateurs de photographie, de voyage ou d'Orient en villégiature ou simplement de passage dans la charmante ville de Saint Jean de Luz ont encore quelques jours pour y découvrir ou y revoir quelques photographies de ''Une Femme Française en Orient''.

J'ai le privilège d'être en très belle compagnie entre Sabine Weiss, Claude Bauret-Allard et Eve Morcrette pour cet accrochage exclusivement féminin orchestré par la commissaire d'exposition Brigitte Ducousso-Mao.

Du 3 au 31 Août 2010
Tous les après-midi de 15h à 19h

Galerie La Nivelle
4, rue Jean Poulou
64500 - CIBOURE
Tel : 05 59 51 99 54

Kowasa et Jacques-Henri Lartigue - Barcelone

Comme nous nous l'étions promis, nous faisons l'aller-retour à Barcelone pour voir l'exposition Jacques-Henri Lartigue à la CaixaForum.
L'endroit est vraiment splendide et comme nous sommes à peu près 5 visiteurs par salle, nous pouvons regarder les images le plus tranquillement du monde.
A. et moi avons vu ensemble à l'époque (2003) la grande exposition organisée par le Centre Georges Pompidou mais c'était il y a longtemps déjà et nous retrouvons avec grand plaisir nos images préférées, Dani, Renée et Jacques-Henri Lartigue, Aix-les-Bains, June 1930 et la tempête sur la Promenade des Anglais à Nice, entre autres petites merveilles de grâce et de joie de vivre.
Je découvre (ou les avais-je oubliés) la petite dizaine d'autochromes délicieux dont m'a parlé Guillaume Geneste la dernière fois que je suis passée à La Chambre Noire.
L'occasion ici de dire, ce qui n'est pas signalé sur place, que c'est lui qui a réalisé tous les tirages contemporains, environ 180, si je ne me trompe pas.

Un peu trop d'images à mon avis pour ce qui n'est pas non plus une rétrospective et laisse parfois une inutile impression de redites.
Et un adorable petit film muet qui me laisse à penser que le monde dans lequel je vis a malheureusement perdu en légèreté et en poésie ; pour ne pas dire en élégance.

Tant qu'à y être, après un réconfortant goûter, nous nous laissons tenter par l'exposition Miquel Barceló qui fait face.
Voilà qui devrait suffire à m'ôter un peu des regrets que j'avais d'avoir raté celle d'Avignon en rentrant d'Arles car, décidément, je n'aime de Barceló que les œuvres sur papier et encore pas toutes, loin s'en faut.
Et l'éléphant sur sa trompe !
Mais ceci n'est qu'une question de goût personnel...
A signaler il me semble, chez Steidl, le magnifique livre du photographe Jean-Marie del Morat sur Barceló au travail ; je crois que n'importe quel artiste rêverait de voir semblable livre lui être consacré.

A propos de livre, à partir de septembre, les catalans (et les autres) pourront trouver le catalogue de l'exposition Une Femme Française en Orient ainsi que Je me souviens de vous dans ce petit temple consacré aux livres de photographie qu'est la Librairie Kowasa de Barcelone.
Lorsqu'on sait que ma famille a quitté Barcelone à l'arrivée des premiers tanks fascistes, on peut comprendre que je me réjouisse particulièrement de voir mon travail accueilli dans ce lieu.

Petit aller-retour à Perpignan

Les aficionados pourront désormais trouver nos ouvrages à la fameuse Librairie Torcatis de Perpignan.
Moment très enrichissant passé avec Roger Costes qui nous donne gentiment quelques précieux conseils et nous fait découvrir le premier livre édité par Libre d'Arts la maison d'édition qu'il vient de créer ; bel hommage à l'oeuvre du peintre Henri Cabezos.
Preuve que même en vacances par 30° à l'ombre, nous gardons un Oeil ouvert.

Les liens demain !

Des nouvelles de notre petite maison d'édition

Seule petite nouvelle de ce calme milieu d'été, le catalogue d'Une Femme Française en Orient poursuit son petit bonhomme de chemin et j'ai le plaisir de vous annoncer qu'il est maintenant disponible en librairie ; à Actes Sud en Arles et à Ombres Blanches à Toulouse.
Voilà qui est encourageant pour L'Oeil de l'Esprit Éditions et ses membres épuisés.

Pour le reste, brève escapade dans la grisaille toulousaine avant un non moins bref retour dans la grisaille parisienne.
Le temps consacré à la photographie s'étant réduit durant ce séjour à expliquer à ma petite grand-mère favorite le fonctionnement de son nouvel appareil photo numérique et celui, encore plus stupéfiant apparemment, de mon sténopé ; preuves à l'appui, sa salle de bain momentanément transformée en ''chambre noire'' pour les besoins de la cause.
Son émerveillement récompensant largement la difficulté de faire ensuite comprendre par quel tour de passe-passe le saladier de haricots du jardin se retrouve comme collé sur le petit carré de papier au fond de la boite à sucre.
Et en négatif encore.
A une dame qui a connu l'autochrome, raconter que les photos qu'elle fait sont sur la disquette ; ce bout de plastique nettement plus petit qu'un carreau de chocolat...