La dernière bonne nouvelle de l'année

Il vient de paraitre dans le magazine "Aujourd'hui le Maroc" l'entretien que j'ai eu avec Salima Guisser à l'occasion de l'exposition Égyptologie à la Galerie 127 de Marrakech où j'expose un extrait de ma série "Sabah el Nour" au coté de Scarlett Coten et Denis Dailleux...

Tandis qu'A. skie

Je profite d'une journée exceptionnelle en ces périodes de fêtes - je veux dire une journée de merveilleuse solitude - pour m'offrir ces menus cadeaux si précieux que le meilleur Père Noël peine année après année à mettre dans mes petits souliers.

- Une grasse matinée éhontée dont le plaisir coupable est démultiplié par la cloche de l'église qui me renseigne sur les heures qui passent.
- Une si longue lettre à Sandra en réponse à son mail amical que l'enveloppe en est toute gonflée ; je ferai tout à l'heure la ballade jusqu'à la poste du village.
- De petites images aquarellées, parfaitement inutiles, comme si je n'étais pas si terriblement une photographe professionnelle, comme si j'avais soudain la vie devant moi avec pour seule contrainte la douce lumière du soir lorsqu'elle ne suffira plus.



- Dans la foulée, me peindre les ongles des pieds avec le Rouge Fatal de Chanel.
- De fatal à fatale, il n'y a qu'un pas, dévorer d'une traite la moitié de la vie de la ravissante photographe Tina Modotti en sautant - comble de luxe - l'heure du déjeuner.


Tina Modotti - Bande dessinée d'Angel de la Calle chez Vertige Graphic

- Laisser filer tout le cd de Diana Krall dédié à Nat King Cole pelotonnée dans un fauteuil, un plaid sur les genoux en ignorant avec insolence le téléphone qui sonne.

Journée délicieuse.

D'aucun me rétorqueront - et ils auront raison - que je ferai moins ma maline en janvier durant mes trois semaines de célibat forcé tandis qu'A. sera en montage dans le sud de la France pour le nouveau documentaire de Jean-Michel Vecchiet consacré, si j'ai bien compris, à l'influence du Hip-Hop sur le Printemps arabe (affaire à suivre).

Une fois n'est pas coutume, en flânant plus tard sur internet, je tombe justement sur cette page consacrée à Tina Modotti à la lecture de laquelle je vous invite chaleureusement.

Juste avant les vacances



Une journée avec Marie-Noëlle Leroy

Alors hier c'était jour de fête ; je vais passer la journée chez Marie-Noêlle Leroy à faire de la gomme bichromatée.
Ceux qui pratiquent la gomme savent qu'il faut bien la journée pour jouer un peu !

Je monte vers la butte en fredonnant avec mon panier de déjeuner sous le bras, les brioches à la praline pour le café, le pain frais, les macarons aux citrons, de quoi soutenir un siège et que nous n'ayons pas à sortir si la séance s'éternisait.
J'ai la part d'organisation la plus facile, Marie-Noëlle s'étant vraiment occupée de tout, choix, rinçage et gélatinage des papiers, achat de la gomme, des pinceaux, des brosses et des pigments - bref tout - avec le même enthousiasme, la même passion intacte que d'habitude
Je porte juste - pour le plaisir - ma petite brosse large en poils de martre, si douce, et quelques couleurs d'aquarelle dont un gris de Payne que m'a fait connaître ma mère et que j'aime particulièrement.


Petit matériel.

Disons pour être tout à fait honnêtes que nous avons bu une tasse de café frais en échangeant les dernières nouvelles et pris une pause d'une demi-heure pour déjeuner mais ensuite grosso modo nous avons travaillé sans interruption de 11h à 20h.


Dépouillement de la cinquième couche.

Pour ma part, j'ai sorti 3 tirages finis - des 13x18 - et 2 pour lesquels il reste bien un petite heure de travail.
Comme me faisait remarquer judicieusement ma camarade de jeu tandis que je manifestais un peu d'impatience " Chère, je crois que nous n'avons plus le même rapport au temps que les dix-neuvièmistes."

De fait, là encore, il vaut mieux mieux prendre son plaisir à faire les choses qu'à obtenir des résultats.

Mais bon, c'est pas nouveau, hein ?!


De retour à la maison, séchage après une couche supplémentaire.

Le Soir parle d'Égyptopédie



Bel article paru hier dans Le Soir à propos de nos travaux respectifs - à Scarlett Coten, Denis Dailleux et moi-même - montrés par la Galerie 127 de Marrakech à l'occasion de l'exposition Égyptopédie.
Connaissant l'influence de la presse, on ne peut que se réjouir...

Égyptopédie
Photographies de Denis Dailleux, Flore et Scarlett Coten

Galerie 127
127, avenue Mohammed V
Guéliz - Marrakech
Exposition du 29 novembre 2011 au 15 janvier 2012

Mon petit bonheur du jour

Noël avant Noël, entre café et croissants, A. m'offre ce matin un nouveau 50mm pour l'agrandisseur, un Rodenstock-Rodagon dont j'avais envie depuis longtemps.
Mignonne, je partage mon nouveau joujou avec Nicolas L. durant son cours de chambre noire.
La vie va, en rangeant le Nikon dans sa boite, je ne peux pas me défendre d'un pincement au cÅ“ur car c'est ma toute première optique ; je l'ai reçue en cadeau pour mes 14 ans et elle a été une compagne fidèle toutes ces années.

En plus d'apprendre la photographie argentique, à 18 ans, Nicolas L. lit de la poésie.
Comment résister, hein ?!

Ensuite les vacances et Noël

Pour ma part, je suis entrée dans la période des derniers et dernières.
Le temps est arrivé des derniers cours avec l'une ou avec l'autre, des cadeaux et des chocolats avant de nous séparer jusqu'à l'année prochaine.
Ce ne sont pas les grands adieux des vacances d'été mais plutôt de ces petits adieux qui sont prétextes à se témoigner attention et affection.
Le week- end passé fût aussi pour A. et moi la dernière nuit de camping au labo - enfin, j'espère - avant Noël ; derniers tirages à finaliser pour le charmant couple d'acheteurs londoniens de Fotofever et tant qu'à y être je ne résiste pas à prendre un peu de temps pour jouer un peu (quelques tirages Van Dyke à but non commerciaux, si j'ose dire).
Vendredi soir, ce sera dernier diner avec le collectif ce qui pour une fois rimera mieux avec festif qu'avec travail et tout au long de la semaine dernière liste de choses à ne surtout pas oublier de faire.

Avec ça, les jours qui ne cessent de raccourcir...
Vivement l'année prochaine, les nouveaux projets, les nouvelles aventures, les nouveaux rêves !