Alors, ce matin, je tente le cappuccino dans l'espoir de trouver un peu plus de café sous la mousse de lait que lorsque je demandais un latte macchiato.

Ensuite c'est Musée Archéologique, directement au deuxième étage - Pompei, nous revoilà - sans passer par les empereurs romains ni les découvertes de Champollion et, il faut bien le dire, c'est vraiment magnifique.



Certainement parmi les plus belles choses que j'ai vues de ma vie et presque tout est là ; des fresques aux couleurs exquises, les rouges profonds, les caput mortem et autres jaunes de Naples, des mosaïques aux tesselles si minuscules qu'on croirait des perles et, par chance, le cabinet privé est ouvert ce qui nous permet d'admirer les fameuses petites scènes érotiques, plaisir qu'aucune reproduction ne nous rendra jamais.

Sans doute, nous apprécions encore davantage ce moment parce qu'il vient en complément de la journée d'hier, comme les pièces d'un puzzle qui se mettraient en place, dévoilant peu à peu le motif.
L'ensemble des salles consacrées aux villes atteintes par la tragédie du Vésuve est tellement riche et émouvant que nous quittons le musée sans en visiter davantage.



Mais avant tout aujourd'hui c'est l'anniversaire d'A.
Donc 14h, pause déjeuner au Bellini (1) à deux pas et recommandé par notre guide pour sa cuisine typiquement italienne.
A. déçu trouve que son risotto terra e mare ressemble à une paella.

Début de soirée, nous voilà ,tout beaux, tout propres, sur les traces d'Oscar Wilde chez Gambrinus (2) à déguster un caffé con panna en attendant l'ouverture des portes du Theatrino du Palazzo Reale.



J'ai un faible pour ces grands salons de thé rococos, chargés de dorures et d'histoire, où je traine A. chaque fois que je peux.
Pour les non-initiés, un caffé con panna c'est Pompei sous la cendre, un dé à coudre de café difficilement accessible sous une montagne de crème fouettée.

Ensuite nous allons écouter Don Trastullo, petit opéra-bouffe sans grande prétention auquel naturellement nous ne comprenons pas un traitre mot - à peine l'argument - qui nous fait passer un début de soirée charmant et nous console un peu que le fameux Theatro San Carlo fasse relâche précisément durant notre court séjour.

1 - Bellini, Via S. di Constantinopoli, 80 - M° Museo
2 - Gambrinus, Piazza Trieste et Trento, 38