...je rêve d'être un prof lamda.
J'enseignerais à dix, douze, quinze ou vingt élèves, je verserais sur eux le sirop béni des multiples techniques en alternance avec assez de compliments - on ne reconnait pas assez les pouvoirs du compliment, tout flatteur vit aux dépends etc - et peu importerait qu'ils suivent ou pas, peu importerait ceux qui ne travaillent pas entre deux cours, ceux qui n'écoutent pas ni les autres qui n'en font qu'à leur tête.
Certains jours, j'aimerais être moins impliquée voire, et ce serait formidable, pas impliquée du tout et que ma paye soit un bel argent sonnant et trébuchant qui justifierait - à mes yeux naturellement - que je sois là.
Et, tant qu'à rêver, qu'être là ne signifie pas nécessairement être présente.

Certains jours, je trouve si difficile, si douloureux d'être un prof honnête - du moins l'idée que je m'en fais - que j'enverrais tout balader, pour faire du corporate par exemple, ce qui rapporte plus gros et n'engage guère.

Certains jours, je rentre à genoux, il faut bien le dire.

Heureusement, la nuit, je dors et le matin j'ai - presque - oublié.
Heureusement, dimanche je fais l'élève aussi et avec une prof formidable encore.